Justice et grâce de Dieu

obelic

Pour le dernier article de l’année 2015, nous donnons la parole à l’un de nos étudiants FBSA, Frédéric Nicolet.

Le « mélange » de justice et de grâce qui caractérise Dieu continue de m’interpeler et de m’émerveiller.

En effet:

  • Dieu est parfaitement juste
  • Dieu est plein de grâce

… et pourtant, la justice ce n’est pas la grâce…

… même plus: la grâce, ce n’est pas juste !

Justice et grâce: 2 attributs qui sont à première vue incompatibles !

Il suffit, pour bien comprendre la tension qu’il y a entre ces 2 attributs, d’imaginer un criminel condamné à 10 ans de prison (justice) sortant libéré après seulement 2 ans parce que le président de la République l’a gracié: ce n’est pas juste à mais c’est de la grâce !

Si la grâce de Dieu envers les non-croyants m’émerveille, parce que Dieu est toujours prêt à offrir le cadeau de la grâce à qui se repent, il m’a fallu un peu plus de temps pour imaginer comment ressembler à Dieu dans ces attributs. Je ne suis pas un « intellectuel », et la représentation des choses spirituelles par des exemples de la vie de tous les jours m’aide à les assimiler. Finalement, Jésus n’a-t-il pas enseigné à de nombreuses reprises par des paraboles ?

Donc, pour ce qui est de « justice » et « grâce », je vous propose une image: celle du corps humain, notre corps, constitué d’un squelette et de chair.

  • Le squelette, c’est comme la justice: c’est solide, rigide, inflexible, ça ne change pas, … et c’est indispensable pour que le corps tienne debout …
    … sinon, on serait des limaces… et les limaces, elles prennent la forme du monde dans lequel elles évoluent !
  • Mais autour du squelette, il y a de la chair, des muscles, des nerfs, etc.: c’est comme la grâce. Bien entendu, en regardant un individu, on reconnaît la forme de son squelette, mais il est enrobé de chair.
    Et la chair est aussi indispensable que le squelette:

    • c’est ce qui permet à l’ensemble de bouger (muscles), d’aller à la rencontre de l’autre; c’est ce qui donne de la dynamique (alors que le squelette est statique)
    • c’est ce qui permet de ressentir les choses et/ou les autres: les voir, les toucher, leur transmettre chaleur et douceur, …
    • c’est ce qui permet aussi de s’adapter à l’autre (si je sers la main à quelqu’un, ce ne sont pas simplement 2 tas d’os qui s’entrechoquent (!), mais chacun s’adapte à l’autre, prend un peu la forme de l’autre, tout en gardant la forme d’une main).

Pour ressembler à Christ, pour être porteur comme lui de la justice et de la grâce, veillons à maintenir notre corps en bonne santé … avec même un peu d’embonpoint (pour une fois, ce n’est pas mauvais !).

Dans mon enfance, on disait d’une personne un peu enveloppée: « il est fin gras ». J’avoue que ce n’est pas une expression d’une élégance extraordinaire, mais je reprends cette expression pour nous encourager à être enrobés de gras-âce …
… à être « fin grâce » !!

Veillons donc à développer une ossature solide (= notre foi basée sur la connaissance de Dieu et de sa Parole), tout en étant enrobés de grâce, ce qui nous donnera la dynamique, un élan pour le prochain, pour aller à la rencontre de l’autre, en s’adaptant dans la mesure du possible à sa culture, à sa personne, en cherchant à comprendre qui il est, et en transmettant un peu de ce qui nous habite (je l’espère !): l’amour de Dieu

  • Sommes-nous « fin grâce » pour les réfugiés, les SDF, les laissés pour compte, les marginaux dans nos sociétés ?
  • Nos églises sont-elles « fin grâce » pour accueillir ces mêmes personnes, et non seulement les « propre-en-ordre » ?

Justice et grâce: que nous puissions vivre pratiquement et chaque jour ces 2 éléments, en ressemblant à notre Modèle, et en le remerciant pour la valeur que nous avons à ses yeux: celle du prix de Sa grâce !

Prédication du 13 décembre 2015 | Denis K. | Quelles sont nos attentes

Prise de position face à la migration en Europe

Nous vous invitons à découvrir deux textes rédigés par nos responsables d’Église et disponibles sur notre page « Textes à télécharger«  dans la rubrique « Paix/non-violence ».

Décembre 2015

agathe novembre 2013

Mail de prière 5 – Décembre 2015.

Le Seigneur déclare : « La parole qui sort de ma bouche ne revient pas vers moi sans résultat : elle réalise ce que je veux, elle accomplit la mission que je lui ai confiée. ».

Esaïe 55.11

Ce mail de prière sera court, il complète juste quelques sujets que je n’ai pas mentionnés dans ma lettre de nouvelles récemment.
Merci au Seigneur pour la fraîcheur qui est arrivée, c’est bien appréciable d’avoir 25° et même moins la nuit !

pdfLa news en entier206.09 Ko

Prédication du 6 décembre 2015 | Eric B. | « Quel est ton rêve ? »

Lecture : 2 Rois 2.1-15.

La terreur au nom de Dieu: un défi existentiel pour les croyants religieux

s2.qwant.comAu cours des 30 dernières années, le terrorisme a connu une recrudescence et un
changement dans sa nature et sa portée. Alors qu’il était auparavant principalement
local et focalisé dans sa mise en œuvre, le terrorisme est passé à l’avant-plan sur la
scène mondiale et les victimes sont choisies aveuglément.

Pour beaucoup, le terrorisme constitue l’une des plus graves menaces à la paix et la sécurité humaine. Comme sous-entendu dans le titre de ce panel, le terrorisme contemporain revendique souvent une identité religieuse et utilise un langage religieux pour décrire ses attaques violentes contre l’ennemi. Suite à la destruction des tours jumelles aux Etats-Unis, Oussama Ben Laden a affirmé : « Voici l’Amérique frappée par Dieu dans l’un de ses organes vitaux (…). » Mais le caractère religieux du terrorisme aujourd’hui n’a d’égal que le caractère religieux des réactions dominantes à ces attaques. Plusieurs années après le commentaire de Ben Laden, George W. Bush a dit à un auditoire chrétien aux Etats-Unis: « Dieu m’a demandé de frapper al-Qaïda et je les ai frappés, et puis il m’a demandé de frapper Saddam, et c’est ce que j’ai fait. »
Tant de violence aujourd’hui est infligée au nom de Dieu, à la fois par ceux populairement connus comme terroristes et par ceux qui les combattent, que cela a
relancé de façon dramatique le débat sur le lien entre la religion et la violence.Pour beaucoup, ce débat met en question la croyance en la bonté fondamentale de la
religion – en particulier la bonté des trois religions monothéistes. « Lorsqu’on lui a
demandé ce qu’il pensait être le réel ‘‘axe du mal’’ le journaliste britannique
Christopher Hitchens a répondu: “Le christianisme, le judaïsme et l’islam”. »i

Ces développements posent un défi existentiel fondamental à la foi des croyants, en
particulier des croyants pacifistes. Le défi est d’autant plus grand pour les croyants
pour qui les textes sacrés racontant les événements fondateurs de leur foi rejettent
l’utilisation de la violence meurtrière comme moyen de vaincre le mal – ce que font
selon moi les récits de la vie, la mort et la résurrection de Jésus de Nazareth. Loin de
montrer que « Dieu est de mon côté » et de fournir ainsi une justification pour « ma
cause », ces récits révèlent que Dieu est du côté de ceux qui résistent au mal de façon
non-violente, en choisissant de mourir au lieu de tuer, de donner leur vie plutôt que de
prendre celle d’autrui.
Répondre à la terreur perpétrée au nom de Dieu : quatre pistes pour les croyants
Comment répondre au défi posé aux croyants par la violence menée au nom de Dieu ?
Parmi les nombreuses réponses possibles et utiles, je suggère les quatre pistes
suivantes, toutes reliées les uns aux autres.

  1. Mener une « évaluation de la terreur » au sein de sa propre tradition religieuse
  2. Refuser de participer à la « guerre sainte » contre le terrorisme
  3. S’engager dans des efforts de rétablissement de la paix à l’échelle locale et mondiale
  4. Remplacer les systèmes de croyances qui justifient la violence en invoquant le nom de Dieu.

Ces points sont développés dans la suite de l’article disponible ici (clic)

Cet article de Larry Miller a été présenté à la rencontre internationale pour la paix, « Le courage d’espérer: dialogue entre religions et cultures » à la communauté de Sant’Egidio à Rome le 1er octobre 2013.

Novembre 2015

logo

Novembre 2015            FLASH INFO

FRANCE

  • La rencontre commune CMMF-AEEMF en septembre avec l’envoi de l’équipe missionnaire de PONTARLIER a été un moment fort et encourageant.
  • Un appel est lancé pour renforcer l'équipe de Pontar-lier : d’autres familles sont-elles prêtes à rejoindre le projet ? La recherche d’un « pasteur-implanteur » à temps partiel (de préférence) se poursuit également.
  • Proclam' : du 18-21.12 WE à Darney (Vosges) ; du 15-28.07 camp à USSEL (Corrèze).
  • L'association « Espoir Gessien » est née dans le Pays de Gex. Son but est de proposer logement (Tiny House - Maison sur roues) et accompagnement à des person-nes sans domicile. Une action d’entraide créative !
  • Aurore Rediger est en année de transition et de ré-flexion en lien avec ses interlocuteurs quant à la suite d’ACTION FRANCE.

pdfTout le Flash de novembre 2015979.79 Ko

 

Novembre 2015

logo

Novembre 2015            FLASH INFO

FRANCE

  • La rencontre commune CMMF-AEEMF en septembre avec l’envoi de l’équipe missionnaire de PONTARLIER a été un moment fort et encourageant.
  • Un appel est lancé pour renforcer l'équipe de Pontar-lier : d’autres familles sont-elles prêtes à rejoindre le projet ? La recherche d’un « pasteur-implanteur » à temps partiel (de préférence) se poursuit également.
  • Proclam' : du 18-21.12 WE à Darney (Vosges) ; du 15-28.07 camp à USSEL (Corrèze).
  • L'association « Espoir Gessien » est née dans le Pays de Gex. Son but est de proposer logement (Tiny House - Maison sur roues) et accompagnement à des person-nes sans domicile. Une action d’entraide créative !
  • Aurore Rediger est en année de transition et de ré-flexion en lien avec ses interlocuteurs quant à la suite d’ACTION FRANCE.

pdfTout le Flash de novembre 2015979.79 Ko

Novembre 2015

nov 15

Chers amis

Avec le psalmiste, je peux dire que je loue Dieu de tout mon coeur pour Son amour et Sa fidélité, pour la manière dont Il a pris soin de moi et m’a protégée de « la furie de l’ennemi », des conséquences de la fatigue, de ma manière de fonctionner un peu tordue parfois,… Les derniers mois ont été difficiles pour moi à différents niveaux et la meilleure solution pour vraiment récupérer a été de faire un break en Europe. J’ai donc pu passer 3 semaines de vacances où j’ai été gâtée par le Seigneur, mais aussi par différentes personnes qu’Il a placées sur ma route et qui m’ont encouragée d’une manière ou d’une autre, soyez-en remerciés chacun  !

pdfLire la suite985.35 Ko

Prédication du 22 novembre 2015 | Luc Alexis L. | « En ces temps de COP, t’es cap’ ou t’es pas cap’ ? »

Lecture principale: Genèse 1 & 2.