Culte de Vendredi Saint


[download]http://eglise-la-ruche.com/wp-content/uploads/2015/04/2015_04_03_Vendredi_Saint.MP3[/download]

Post-chrétienté selon Stuart Murray

Stuart Murray a donné deux conférences en Suisse romande en novembre 2014, dans le cadre de la Fédération romande des Eglises évangéliques.

La première conférence portait sur le contexte de la post-chrétienté. La seconde sur l'évangélisation en contexte de post-chrétienté.

Stuart Murray est un théologien anabaptiste britannique, auteur, conférencier, implanteur d'Eglise.

Pour aller plus loin...

Stuart Murray, Radicalement chrétien - Eléments essentiels de la démarche anabaptiste, Excelsis, 2013, 200 pages

Le Comité de Mission Mennonite Français

Le CMMF

Le Comité de Mission Mennonite Français (le CMMF), organe missionnaire de l'Association des Eglises Evangéliques Mennonites de France (AEEMF) a pour vision de susciter des vocations et d'accompagner des personnes tout au long de leurs périodes de service. 

CMMF

pdfCMMF 2014188.94 Ko   pdfCMMF 20141.58 Mo

 SORTIR POUR SERVIR

Les offres de formations et de services pour les jeunes2.22 Mopdf

Tout porteur d'un projet (personne, groupe, Eglise) peut s'adresser au CMMF qui pourra orienter vers un partenariat adéquat.

Bandeau2 2015 2016

Bandeau 1 2015 2016

Nos envoyés 2015-2016

Service Fraternel d'Entraide, offres d'emploi 2016 2017logo sfe

Urgent : le SFE propose des postes à pourvoir rapidement.

Voir les offres d'emplois au SFE

 

Mariage gay et islam: menaces sur l’œcuménisme bien compris…

marie-oecumenisme-362495Le mot « œcuménisme » a bonne ou mauvaise presse – selon les contextes d’église… J’y recours ici pour décrire la conscience des chrétiens d’appartenir – malgré de grosses divergences parfois – à un même mouvement et pour décrire l’exigence d’unité en Christ qui lie les chrétiens dans leur diversité. En ce sens, l’œcuménisme est une aventure, belle et… compliquée !

Devant des problématiques actuelles assez « chaudes » parmi les chrétiens, j’observe deux phénomènes en lien avec la question de l’œcuménisme.

  1. L’œcuménisme et la question du mariage gay

Le sujet du « mariage gay » agite passablement certaines églises, par exemple de nombreuses dénominations nord-américaines dont les mennonites, ou certaines églises protestantes en Suisse et en France. Au nom de l’égalité de tous et de la bénédiction de Dieu pour tous dans le cadre d’une union durable, on milite pour la reconnaissance du mariage gay par les églises.

Quoi que l’on pense des arguments théologiques invoqués, et tout en étant sensible à la question de l’accueil de personnes homosexuelles au sein des églises et à la nécessaire autocritique des églises dans leur attitude à leur égard, un des enjeux autour du mariage gay concerne l’unité de l’Église. En effet, depuis les origines de la foi chrétienne, c’est la première fois que des chrétiens ou des églises légitiment par une bénédiction une union homosexuelle sous l’appellation de mariage. On s’écarte d’une tradition de 2 000 ans partagée par l’ensemble des églises dans leur grande diversité ! Au plan mondial aujourd’hui, la très grande majorité des chrétiens et des églises sont opposés à la reconnaissance du mariage gay. L’unité chrétienne qui prévalait jusque là sur ce sujet vole en éclat. Il faut mesurer la cassure actuelle pour les relations entre églises et confessions chrétiennes. On peut le regretter, et invoquer l’argument de l’œcuménisme et de l’unité dans les débats en cours.

  1. L’œcuménisme et la place de l’islam

Lors de récentes soirées œcuméniques entre catholiques, protestants et mennonites, j’ai constaté avec bonheur un élan pour se rencontrer, faire connaissance, collaborer à certains projets. Mais, lors de dialogues, j’ai éprouvé un malaise devant certains propos tenus. En effet, après les actes terroristes en France, dans un contexte d’ « insécurité culturelle » que décrit le politologue Laurent Bouvet, je me suis demandé si ce regain d’élan pour l’œcuménisme n’était pas la face visible d’une réalité quelque peu cachée : un œcuménisme de combat contre l’islam ou contre « l’islamisation de l’Europe ».

Dans cette manière de vivre l’œcuménisme, on se serre les coudes (jusque là, pas de problème !) non pour témoigner de ce qui nous unit et de l’amour du Christ, mais pour défendre un héritage chrétien sur le mode constantinien. On risque alors de faire le lit des idées de l’extrême droite… Si l’on souhaite que les chrétiens se rassemblent devant l’islam, une démarche auto-critique commune serait plutôt le premier pas à faire ensemble.

Dans le cas n° 1, on assiste à un gauchissement de l’œcuménisme (ou ce qui en reste) au profit de la libéralisation des mœurs « chrétiennes ». Dans le cas n° 2, il s’agit d’une droitisation de l’œcuménisme au profit d’une revendication « chrétienne » nationale. Dans les deux cas, la belle exigence de l’unité chrétienne appelée à rayonner (Jn 17.22-23) est bafouée : en interne par une division entre les églises et en leur sein sur la question du mariage gay, vers l’extérieur par la désignation d’un ennemi commun à combattre.

Mariage gay, islam : ces sujets font courir des menaces sur l’œcuménisme bien compris…