Prédication du 19 Février 2017 | Denis K. |


 
Télécharger la prédication

500 ans des Réformes : L’Eglise a besoin de se réformer autour de la discipline, par Richard Lougheed

Deuxième article de la série, venu du Québec, et portant sur la question de la discipline de l’Eglise, sujet peu abordé…

 

Les réformateurs du 16e siècle voulaient encourager leur Église (catholique) à se réformer, mais sans succès. L’Église a plutôt expulsé ses prophètes, sans prendre longtemps en considération leurs questions et leurs fondements bibliques. Les prophètes ont estimé qu’ils devaient persister, puisque leur compréhension de la Bible ne leur permettait tout simplement pas de se conformer. Ayant insisté sur le salut par la grâce seule et sur l’autorité ultime des Écritures et ayant accompli bien des réformes et des changements, les réformateurs « magistériaux » et leurs alliés politiques en sont restés là. Mais pour les anabaptistes, les chrétiens devaient pouvoir choisir leurs pratiques religieuses et se distinguer par leur comportement du monde ordinaire. Pour cela en autres, ils ont subi la persécution. Les anabaptistes/mennonites mettent donc l’accent depuis longtemps sur la discipline pour préserver la différence de l’’Église. C’est toujours le cas pour les amish, les Old Mennonites et les huttériens. Les autres descendants de l’anabaptisme sont en réaction contre la discipline voire l’abandonnent tranquillement.

Chaque Église exerçant la discipline choisit les domaines où l’appliquer : pour les catholiques, c’est la question du remariage et des femmes prêtres ; pour les baptistes (en Amérique du nord), ce sont l’alcool, la pratique de l’homosexualité et les grossesses avant le mariage ; pour les amish, ce sont l’usage de l’automobile et du téléphone portable ; pour les grandes Églises de la Réforme, ce sont le « rebaptême », le langage sexiste et l’homophobie.

Nous sommes tous allergiques à la discipline envers nous, mais nous y tenons pour les autres (Mt 7.1-5). La postmodernité, son refus des absolus et de l’autorité et son injonction au respect, accentue ces deux aspects. Comme l’Église n’influence plus la société, plusieurs souhaitent que l’État oblige les indisciplinés.

Comme au temps des premiers anabaptistes, la discipline dans l’Église est devenue dans le monde actuel une idée radicale. L’individualisme et « l’antinomianisme » (le rejet d’une loi imposée sur soi) rendent presque impossible d’aborder le sujet. Mais par exemple la question de la pratique de l’homosexualité demande une réponse de la part de chaque dénomination et de chaque assemblée. Qu’est-ce que la Bible enseigne et qu’est-ce que l’Église peut et doit faire ? La deuxième partie de cette question rejoint le sujet de la discipline.

 

Dans la Bible

Le « je » et le « nous » ont été tous les deux cruciaux pour Jésus et pour son Église. L’individu est appelé par Jésus à le suivre et à en faire son modèle et son Seigneur. On pourrait donc accuser Jésus d’encourager l’individualisme, de mettre en cause les autorités, la tradition en place et la soumission à la famille. Mais s’il est vraiment le Seigneur, l’autorité ultime, un tel appel est supérieur à tous les autres. Jésus veut des disciples disciplinés et il avertit des conséquences négatives si on ne le suit pas. Son corps, l’Église, le « nous », a donc besoin de l’unité et de rendre un bon témoignage. C’est pourquoi on trouve dans le Nouveau Testament, chez Paul et les autres auteurs, des encouragements, accompagnés d’avertissement, à demeurer attaché à un comportement chrétien ; même l’exclusion de l’Eglise est de mise, dans les cas extrêmes de rébellion et de refus d’écoute.

 

La discipline ailleurs que dans l’Église

Pourtant, si on pense à l’entraînement en sport ou à l’exercice en musique et en danse, la discipline a une connotation positive. La discipline est une nécessité pour les études, la pratique de l’art ou de la couture, à l’armée, dans le respect d’un régime alimentaire. Dans chaque domaine, la discipline est une condition de base permettant ensuite de réaliser une performance et de pouvoir peut-être même dépasser les normes habituelles. La discipline demande d’assimiler la sagesse du passé, d’acquérir par la pratique répétée des compétences et les techniques nécessaires, d’apprendre à travailler en groupe pour parvenir à un meilleur résultat. Elle vise à lutter contre la paresse, l’égoïsme et les habitudes qui empêchent de réussir. Il en va de même dans l’Église.

 

Premier pas

Pour retrouver la discipline 500 ans après la Réforme, peut-être faut-il chercher un nouveau mot qui exprime la pensée biblique aujourd’hui. Par exemple pour soi-même : la « suivance corporative » de Jésus. Pour l’Église : le « travail ensemble » et aussi « l’intervention pastorale » ou, pour ce dernier terme si l’on préfère un verbe plutôt qu’un nom, « intervenir pour améliorer la démarche spirituelle ». Il peut être bien aussi de rappeler aux chrétiens que la discipline est un mot positif et nécessaire dans beaucoup d’autres domaines de la vie et de la société.

Il est important d’apporter un enseignement sur la discipline et de proposer des discussions à ce sujet, jusqu’à ce que l’idée fasse consensus. Dans l’Église, il me semble que les hommes sont plus favorables à la discipline que les femmes et les jeunes. Il nous faut écouter les deux tendances (beaucoup de discipline ou presque aucune) et arriver à une approche plus équilibrée. Il faut reconnaître et corriger les pratiques maladroites de la discipline dans le passé ou la manière d’exercer la discipline qui se limite aux comportements de certains groupes. Si on arrive à un consensus quant au principe de la discipline, il faut appliquer celle-ci avec équilibre et justice envers tous. L’accompagnement et la préparation au baptême sont d’excellents moments pour en parler, comme aussi le baptême lui-même.

 

Conclusion

La discipline est trop importante pour la négliger. Une Église ou un chrétien indisciplinés n’ont pas de bonne nouvelle à offrir, si ce n’est la grâce à bon marché. Certes, la société autour de nous et notre propre égoïsme continueront à contester la discipline dans l’Église ou à en tordre le sens. Cependant, dire « non » à l’égoïsme et à la conformité au monde nous libère. Notre Dieu, dans sa miséricorde et son amour, révèle ses standards élevés pour une vie saine et sainte. Il nous appelle à bien davantage qu’une vie et qu’une assemblée indisciplinées. Tous, nous offensons Dieu et nous comptons sur son salut, mais il nous appelle à progresser. Bien exercer la discipline est difficile. Ne pas l’exercer est désastreux pour notre exemplarité et pour notre témoignage.

 

Richard Lougheed siège aux conseils de l’Église L’Essentiel à Montréal, de l’Association des Églises des Frères mennonites du Québec et du Centre d’études anabaptistes de Montréal. Il est également chargé de cours en histoire de l’Église et bibliothécaire à l’École de théologie évangélique du Québec. Il a été autrefois président du Conseil mennonite du Québec. Spécialiste de l’histoire des franco-protestants au Québec, il aime jouer au hockey sur glace. Malgré son origine anglophone, c’est un enthousiaste du Réseau mennonite francophone et des visites en Afrique.

Prédication du 12 Février 2017 | Richard J. | L’humilité

 

Télécharger la prédication

Prédication du 5 Février 2017 | Michel K. | S’abandonner à Dieu

Télécharger le culte

Le Comité de Mission Mennonite Français

Le CMMF

Le Comité de Mission Mennonite Français (le CMMF), organe missionnaire de l'Association des Eglises Evangéliques Mennonites de France (AEEMF) a pour vision de susciter des vocations et d'accompagner des personnes tout au long de leurs périodes de service. 

CMMF

pdfCMMF 2014188.94 Ko   pdfCMMF 20141.58 Mo

interligne

JOURNÉE DE SENSIBILISATION À L’ACCOMPAGNEMENT

sensibilisation accompagnement

pdfTélécharger le programme et les détails d'organisation

interligne

logo sfeService Fraternel d'Entraide, offres d'emploi


Nos envoyés 2018

2018

 

 SORTIR POUR SERVIR

Les offres de formations et de services pour les jeunes2.22 Mopdf

Tout porteur d'un projet (personne, groupe, Eglise) peut s'adresser au CMMF qui pourra orienter vers un partenariat adéquat.

« La peur », thème du Dimanche pour la paix 2017

« La peur » est le thème proposé aux Eglises mennonites de France pour le Dimanche pour la paix, fixé au 12 mars 2017.

Un Dossier de préparation du culte est disponible ici. Il comprend des suggestions et des réflexions pour la prédication, par Pascal Keller, Neal Blough, Marie-Noëlle von der Recke, des histoires pour petits et grands, des proposition de chants et des prières.

L’offrande recueillie est destinée à un programme de Réhabilitation post-traumatique des enfants palestiniens ex-détenus en Cisjordanie et Jérusalem-Est, programme des Unions chrétiennes de jeunes gens et soutenu par le Mennonite Central Committee.

Le Dimanche pour la paix est proposé chaque année par la Commission de Réflexion pour la Paix des Eglises mennonites de France. Il a pour but de sensibiliser à la paix et à la justice dans une perspective biblique.

 

Quand les seniors occupent le Bienenberg…

Cherchez le diamant!

Cherchez le diamant!

Chaque année à plus ou moins la même époque, « ils » reviennent… « Ils », ce sont les seniors francophones qui investissent le Bienenberg pour « leur » séjour. Beaucoup sont des habitués, mais il y a aussi toujours, et heureusement, quelques nouvelles têtes.

Lorsque j’ai repris la direction de ce séjour, en 2012, j’avoue que je me demandais quand même un peu comment « la sauce allait prendre ». Il faut dire que je me retrouvais dans ce séjour avec mes propres parents – ce qui, il faut bien le reconnaître, n’est pas si courant ! Je n’ai pas été déçu… J’ai découvert un groupe vivant, heureux de se (re)trouver, et dont la joie de vivre s’est avérée contagieuse. Car en dépit des marques et limites inhérentes à la vieillesse, en dépit des épreuves de la vie et des passés pas toujours simples, en dépit de la solitude pour plusieurs, c’est toujours – sans négation du reste – l’affirmation de la foi et de la confiance en Dieu qui est ressortie des échanges et des témoignages. Et je dois bien le dire, j’ai plusieurs fois été moi-même interpelé, renouvelé, encouragé, quant à ma propre vie.

Je reste impressionné par la joie de vivre qui s’exprime dans ce groupe, alors qu’on est au crépuscule de sa vie. Impressionné encore par la qualité de relation, par l’attention des uns pour les autres, par l’esprit de service, qui toujours à nouveau se manifestent. Impressionné par les chants – des Ailes de la Foi, chantés à plusieurs voix, comme on ne les entend plus guère dans nos Églises – et le désir de louer le Seigneur chaque matin. Impressionné par le niveau de connaissances bibliques, témoignage de vies qui ont baigné dans les Écritures. Plusieurs fois je me suis dit que les plus jeunes, moi compris, en auraient bien de la graine à prendre…

Chaque année, je finis ce séjour fatigué, mais heureux. Et je m’attends à ce qu’il en soit de même pour la prochaine édition.

En 2017, nous parlerons et méditerons sur le thème du trésor…

… le Royaume comme une perle de grand prix (Mt 13.44-46 et par.), quelle priorité en faisons-nous ?

… le vrai trésor (Mt 6.19-21 et par.), est-ce celui que nous amassons ?

… le trésor épuré, diamant plus dur que le roc (Ml 3.1-4 ; Ez 3.9), ou comment Dieu nous forme à son service, à tous les âges de la vie,

… ce trésor enfin que nous portons dans des vases de terre (2 Co 4.6-10), c’est-à-dire avec notre faiblesse ou vieillesse qui ne nous empêche pas d’être porteur du vrai trésor…

Je me réjouis de vivre une nouvelle fois ce temps avec mes frères et sœurs, que je peux aussi appeler « amis »… Alors, s’il vous en dit, venez nous rejoindre !

Séjour seniors au Bienenberg, du 14 au 19 mai 2017 (arrivée le dimanche en fin d’après-midi, départ le vendredi vers 15 heures).