Entrées par CMMF

Nathanaël Rediger

Nathanaël Rediger, de l’assemblée de Delle, a été recruté par le Service Fraternel d’Entraide (SFE) pour superviser le projet soie sur le plateau des Boloven.

 

Extraits de sa lettre de nouvelles :

NathRed web

Chers famille et amis,

Départ sur les chapeaux de roue !!

Arrivé à Vientiane le 18 août, je suis accueilli par la famille Niess qui va me faire visiter la ville et m’aider à trouver mes premiers repères. Un super cadeau. De même, juste quelques jours avant mon arrivée, la famille Lebreuil faisait aussi ces grands débuts au Laos. Une arrivée simultanée qui m’a permis d’être entouré, moins isolé, de pouvoir vivre ensemble la découverte et de compter les uns sur les autres. Une vraie bouffée d’oxygène.

Le lendemain de mon arrivée je suis déjà dans le vif du sujet, à savoir apprendre le lao. Un démarrage un peu chaotique mais qui s’avère semaine après semaine utile pour s’intégrer, et échanger avec les Lao. J’ai eu la chance d’être dans un petit groupe de 3 personnes pour apprendre la langue. Ce fut plus facile. Le plus dur pour moi c’est le respect des tons. Plusieurs mots s’écrivent à l’identique mais se prononcent différemment et c’est ce qui donne le sens du mot. Attention aux erreurs. Exemple pour mou = cochon et ami. Pas vraiment la même chose. Ces 2 mois de langue ont vraiment été d’une grande aide et permettent une adaptation en douceur.

J’ai aussi pu faire de nombreuses rencontres car presque toutes les ONG ont leurs bases à la capitale. Ainsi notre voisin le plus proche est le MCC.

Transition en douceur:

Ensuite pendant 1 petit mois j’ai pris connaissance du projet en faisant des allers et retours entre le bureau du SFE à Vientiane et puis le Plateau des Bolovens (800 kms). J’ai eu droit au bus V.I.P du Laos, tout confort, conçu spécialement pour les falang (= étrangers = français). Seul bémol, le lit est à taille asiatique (1,70 sur 0,60). Tout est petit ici.

Durant ce temps j’ai appris à connaître l’équipe de travail (13 personnes) tous Lao, à prendre connaissance des activités (production et élevage de vers à soie), à découvrir les vrais plats lao (riz gluant, viande crue, piments à chaque repas, vers grillés, herbes et racines sauvages…) avec une vraie cuisine laotienne (terre battue, cuisson au charbon de bois…). Pas de pain et de dessert. C’est dur, dur mais je n’ai toujours pas perdu un kilo!!!

Nouveau départ :

Depuis le 10 novembre je suis autorisé à vivre sur la ferme, mon lieu de travail même si nous n’avons encore pas obtenu l’accord des autorités pour la poursuite du projet. Je fus accueilli comme un hôte de marque. On me prépara ma chambre avec soin, me cuisine pas épicée, me sert le verre d’eau à chaque fin de repas…. Des attentions auxquelles je ne suis pas habitué mais qui font très plaisir.

La vie en communauté se passe bien pour le moment. Nous sommes 9 à vivre sur le lieu de travail pour la semaine ou plus longtemps.

Sur le terrain c’est passionnant. Pour le moment nous suivons les 150 familles qui ont été équipées durant ces 3 dernières années : nous les aidons à travailler avec plus de rigueur, ceci pour améliorer la qualité des cocons et du fil produit, à se positionner sur le marché et enfin dans un délai plus ou moins bref à devenir indépendante en s’autogérant elles mêmes par l’organisation de groupement.

Tout un programme qui demande patience et persévérance mais qui vaut la peine quant au vue des premiers résultats encourageants.

J’ai pu profiter de la famille Lebreuil, de Christian qui vient aider au bureau par période, des collègues du bureau pour faire des sorties et être invité à découvrir la culture lao riche et variée. Enfin j’ai pu partager avec la famille Amstutz et Aude de bons moments. Très utile car ce sont les sages du projet.

Nathanaël.

Ministère à Darney

 

Jean Pierre Magréault prête main forte à l'assemblée de la Vôge à Darney pour développer son témoignage dans la cité et la région.

Jean Pierre reste impliqué dans son assemblée de Baccarat et participe aussi au développement de l'évangélisation dans l'assemblée d'Ensisheim. Il devrait aussi prochainement participer aux travaux de développement des activités d'évangélisation parmi la jeunesse des assemblées mennonites.

Le CMMF au Burkina Faso

 

C'est sur l'invitation de la mission nord américaine AIMM que le CMMF a pour la pemière fois, en 1986, pris pied au Burkina Faso avec Martine et Paul Solomiac, linguistes et traducteurs de la Bible.

solo 08 web 

Paul, Anne, Marion, Martine et Aude
Solomiac

Aujourd'hui, tous les projets missionnaires ont été placés sous l'autorité du Conseil de Partenariat (CP). Le CMMF est membre du CP du Burkina aux côtés de l'Eglise Evangélique Mennonite du Burkina Faso (EEMBF) et de plusieurs comités de mission de conférences mennonites nord-américaines. Le CMMF est particulièrement intéressé au développement des projets suivants du CPBF :

  • traduction de la Bible et implantation d'églises en pays Dzùùn

eglise samogohiri web

Les chrétiens Dzùùns de Samogohiri dansent devant leur église
à l'occasion d'une journée communautaire

  • le foyer d'étudiants de Ouagadougou

femo 2 web

Les étudiants du FEMO
année universitaire 2007 - 2008

La famille Warkentin des assemblées mennonites du Canada, Tany, Jeff et leurs enfants, sont installés à la capitale Ouagadougou pour gérer le foyer et assurer un encadrement pastoral à la petite communauté des étudiants du FEMO.

 

Le CMMF au Tchad

 

Ainsi qu'on a coutume de le dire en France, le Tchad, c'est le chouchou des Mennos !

Si le Tchad n'est pas le pays dans lequel les Mennos français sont partis en mission pour la première fois, c'est quand même là que le plus de volontaires de nos assemblées sont partis aider depuis plus de quarante ans, traducteurs de la Bible, médecins, infirmiers, éducateurs, enseignants, animateurs ruraux...

Même si le CMMF n'a pas d'envoyé de nos assemblées en ce moment, il reste en contact avec plusieurs institutions partenaires sur place :

  • le Collège Evangélique
  • l'AMI-P (ex MPFST) avec les projets d'Am Senena et l'orphelinat d'Abéché
  • l'Eglise Evangélique du Tchad.

Doris Weiss 2009

Doris Weiss a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en Sciences du Langage à l'université de Lyon 2 le vendredi 6 mars 2009.

 

doris Weiss

Elle a depuis retrouvé son cher pays d'adoption.

Elle habite dans un appartement au centre de la SIL à N'Djamena.

Pour les fêtes de fin d’année, elle n'avait pas de projets particuliers, sinon de profiter de ce que le bureau est fermé pour prendre une bonne semaine de vacances chez elle (lectures, calligraphie, marché, ...).

Pour l'université, elle doit se préparer pour enseigner un cours de linguistique, Structures des langues africaines, au second semestre.Elle doit aussi préparer une ébauche du programme des cours pour 2010-2011 et se pencher sur le budget, comme il faut préparer les demandes de fonds pour février.

Pour la SIL Tchad, elle doit préparer un cours de grammaire de base de trois jours (pour fin février) en préparation d’un cours sur l’analyse du discours. Les participants à ce cours seront en principe des novices complets qui n’ont jamais réfléchi à leur langue, et auxquels il faudra enseigner le B A BA de l'analyse grammaticale. Doris intervient aussi comme conseillère linguistique pour aider l’un ou l’autre de ses collègues à résoudre des problèmes linguistiques.

En février aura lieu la célébration officielle des 20 ans de la SIL au Tchad (le contrat avec le gouvernement a été signé en décembre 1989).

Elle prévoit de rentrer en France fin avril pour un mois de vacances.

 

Annelise Goldschmidt 2010

Annelise Goldschmidt était en France pour quelques semaines au mois de septembre dernier. Elle a pu assister à la rencontre du comité qui s'est tenue à Toul le samedi 12 septembre 2009.

 

Elle est depuis quelques mois de retour à son poste à Thiès, au service de la Mission Inter Sénégal (la MIS).

AL-goldschmidt

Marianne Goldschmidt avec Annelise à Toul le 12 septembre 2009

A cette rencontre à Toul, elle nous rappelait qu'en octobre, elle aurait passé 30 ans de sa vie en Afrique. Elle vit toujours dans le même appartement à Thiès, ce qui lui permet de recevoir du monde. Au bureau, il y a moins de place, mais un projet de construction de bureaux plus spacieux est en route.

La restructuration de la MIS avance lentement. Un assistant de direction a été embauché, cela soulage beaucoup José Oliveira. Une aide devrait aussi arriver pour le bureau, ce qui nécessitera de revoir le cahier des charges d'Annelise.

Le couple allemand Johan et Lydia Isaak (ayant déjà une expérience à Am Sénéna au Tchad) devrait rejoindre l'équipe début 2010 comme directeur des opérations.

Le projet de parrainage de village avance lentement, cela réjouit Annelise. Plusieurs assemblées de l'AEEMF sont sur les rangs pour s'engager. 

Philippe Manga a donné son accord pour coordonner les efforts du projet de parrainage.

Annelise GOLDSCHMIDT /Mission Inter Sénégal

BP 715   THIES - SENEGAL

Tél. : ( 221) Dom. 33.952 03 48/ Cell. 76 597 82 86